samedi 28 juin 2014

ELODIE RAMA

ELODIE RAMA

Live
Heure de passage : 19:00
New Soul
(France)

Chanteuse avant tout, mais aussi plasticienne et styliste de mode, Elodie Rama est une artiste plurielle. Elle revendique une musique hybride et hors formats, où s’entremêlent jazz, folk, soul, electronica et musiques caribéennes. Fière d’un parcours artistique jalonné de nombreuses collaborations (Hocus Pocus, Blue Apple Quartet, Natural Self…), Elodie poursuit désormais son chemin en solo aux côtés du batteur Antoine Saint-Jean (C2C, Hocus Pocus) et du guitariste Julien Vinçonneau.

Originaire des Antilles par son père, lui aussi musicien, Elodie Rama est née à Nantes. Son parcours raconte l’histoire de rencontres musicales décisives : avec la formation jazz Blue Apple Quartet, hommage aux étoiles de l’âge d’or du jazz vocal, et celle avec 20Syl et le groupe Hocus Pocus. Suivront des collaborations sur leurs deux derniers disques : « Place 54 » (Motown Universal), certifié disque d'or, et « 16 pièces » (Mercury Universal). Avec eux elle foulera les prestigieuses scènes de l'Olympia, de la Cigale, ou encore du Zénith de Paris pour ne citer qu’elles.

Plus tard, sa collaboration avec le producteur londonien Natural Self, signé sur le mythique label britannique Tru Thoughts (Quantic Soul Orchestra, Alice Russell, Omar), lui fera franchir la Manche à la conquête de l’electronica UK et lui apportera la conviction que sa propre histoire reste à dessiner.

Sa rencontre avec le musicien multi-instrumentiste David Darricarrère (Smooth, Dtwice), arrangeur de son premier EP « Strange island » sorti le 14 octobre dernier, n’est que le préambule d’une histoire aux chapitres prometteurs...

Dévoreuse inconditionnelle de musique(s), ses références n’ont pas de frontières. Ici et là le souffle d'Arthur H, la présence énigmatique de Billie Holiday, l’énergie percussive du bélè d’Eugène Mona et la singularité des Éthiopiques de Mulatu Astatke embrassent la sensualité d'une Erykah Badu en un tableau kaléidoscopique aux couleurs éclatantes...

La Rencontre, véritable fil rouge de « Strange island », vibre dans ses textes et ses compositions. La rencontre avec le Monde, la rencontre avec l’Autre et la rencontre avec sa propre histoire. Entre rêve de villes (« City of hope »), amours insulaires (« Presqu’il »), passions éphémères (« Clair-obscur ») et voyages imaginaires, Rama dessine son propre monde aux contours mouvants. L’anglais et le français racontent son identité mêlée, avec en filigrane des références poétiques à des écrivains qui lui sont chers : Edouard Glissant, Aimé Césaire ou encore Le Clézio.